Select Page

Apprendre quelque chose à quelqu’un, le sensibiliser à une cause, développer ses compétences, lui vendre un produit ou un service, voilà des actions qui peuvent être menées de bien des façons ! Un simple discours, un texte, une vidéo, un quizz, un entraînement : nul doute, vous avez le choix des armes lorsqu’il faut transmettre une information à autrui. 

Il suffit de se souvenir de l’époque des cours pour le prouver. Tous les professeur·e·s ne fonctionnaient pas de la même manière. Quand certain·e·s récitaient sagement leurs notes, assis derrière leur rectangle de bois, d’autres prenaient la craie pour élaborer des schémas, utilisaient des images et des paraboles, ou se baladaient dans les rangs en lâchant une punchline au bon moment pour garder l’attention de la classe. Bref, transmettre avec pédagogie est un art véritable !

Gif d'un professeur qui fait une réaction chimique et fait naître une flamme dans sa main

Chez Kirae, nous avons une conviction : l’usage du jeu est l’une des clés d’apprentissage les plus efficaces et intéressantes ! Le truc, c’est que lorsque la vocation d’un jeu dépasse le simple aspect ludique, on appelle ça un serious game (jeu sérieux en français). En réalité, notre start-up ne se reconnaît pas trop dans cette appellation, on a eu envie de vous expliquer pourquoi dans cet article !

Définition d’un serious game

Comme dit ci-dessus, le serious game est un jeu dont l’utilité dépasse le cadre du divertissement. Il doit avoir d’autres objectifs, comme former, sensibiliser, vendre, informer, etc. 

Les jeux de société pédagogiques, les jeux vidéo de simulation qui permettent de s’entraîner pour réaliser une tâche dans la réalité par la suite,  les jeux de rôles servant à mieux parler à un prospect ou encore les épreuves de team building ludiques sont autant d’exemples qui peuvent entrer dans la catégorie serious game. 

L’intérêt de passer par un jeu pédagogique est évidemment l’aspect moins rébarbatif que celui d’un enseignement conventionnel. Les activités ludiques conçues pour l’apprentissage apportent une dimension attrayante et immersive, qu’on soit adulte ou pas.

On peut trouver des serious game dans le milieu privé, comme un jeu vidéo pour apprendre à taper plus vite sur un clavier ou encore maîtriser les gestes de premier secours, mais aussi dans le monde professionnel avec des jeux qui peuvent  former des employés pour leurs futures fonctions, par exemple.

L’apparition du serious game

Difficile de dire depuis quand existe réellement le principe d’apprentissage par le jeu. Si le terme serious game n’arrive que dans les années 1970 avec le  travail du chercheur américain Clark ABT, l’utilisation des jeux comme outils pédagogiques est bien plus ancienne. 

Durant le mouvement Humaniste, l’expression Serio Ludere faisait déjà son apparition. On peut la traduire comme suit : “sérieux amusant”. En recourant à l’amusement pour faire passer des messages, des auteurs comme Rabelais pratiquaient donc le “Serio Ludere”.

Le premier usage recensé – celui qui colle le mieux à la définition actuelle du serious game – est un jeu de simulation de guerre sur plateau qui fut utilisé par l’armée Prussienne au début du XIXème siècle pour former ses futurs gradés.

Pourquoi la solution que propose Kirae va au delà du serious game

Après ce petit cours – un peu scolaire, sorry, mais c’était nécessaire pour mieux comprendre la suite – revenons à la question cruciale de ce papier : pourquoi Kirae va au-delà du serious game ? 

Est-ce par prétention ? Par pêché d’orgueil ?

Omer Simpson devant un miroir qui fait jouer ses pectoraux

Faisons taire les mauvaises langues, ce n’est pas le cas ! Si nous nous réjouissons volontiers de nos jolis scores sur Mario Kart, notre vanité ne va pas plus loin. La réponse à la question est toute autre… Et elle tient en un mot : Gamification.

La gamification, c’est quoi ?

Nous voilà repartis pour une autre définition, mais c’est la dernière, promis ! La gamification, c’est un anglicisme dont le synonyme exact est la ludification. Pour faire simple, c’est quand on reprend des codes et des mécaniques du jeu vidéo/gaming (comme par exemple le nombre de vies, le cumul des points pour obtenir des avantages, les badges, etc.) et qu’on les utilise pour autre chose qu’un jeu vidéo. 

Un restaurant qui appliquerait un système de fidélité basé sur l’idée “plus tu manges chez nous et plus tu reçois d’avantages” ferait typiquement de la gamification. Une compagnie aérienne qui te surclasserait systématiquement après plus de 10 vols effectués sur ses lignes en ferait tout autant. 

Aujourd’hui, la gamification est surtout utilisée dans le marketing, mais ce n’est pas le seul domaine dans lequel elle peut être utile. Elle est également utile pour faire de la pédagogie ludique, amplifier l’interactivité et l’esprit collaboratif auprès des apprenantes et apprenants, mais aussi et surtout sensibiliser. Une application qui vous donne des scores à chaque fois que vous accomplissez une action écologique, fait elle aussi de la gamification, comme Fold it. Qui plus est, le jeu vidéo apporte de la pédagogie active. Le joueur ou la joueuse se sent pleinement mobilisé et stimulé ! 

Présentateur TV qui montre un journal avec le sous-titre "Do you understand ?"

Kirae : l’heureux mariage du serious game et de la gamification

Maintenant que tout est clair, le plus dur est passé. En fait, Kirae crée des jeux vidéo qui, grâce à un développement et des recherches en sciences cognitives, permettent à l’apprenant de développer ses softs skills pendant qu’il s’amuse. En ce sens, c’est bel et bien du serious game, puisque les mini-jeux proposés, bien que divertissants, ont un réel objectif pédagogique. 

Mais le truc, c’est qu’on ne s’arrête pas là ! À chaque fois que l’apprenant joue, il améliore son score et cela lui donne accès à des badges (certifications) qui sont la preuve de son niveau sur telle ou telle soft skill. Et ça, c’est de la gamification. Kirae ne propose pas des actions de formation présentielle, mais se tourne vers l’apprentissage de compétences transverses par l’e-learning. L’objectif est ainsi de créer un écosystème flexible où la pédagogie ludique se situe au premier plan.

Et on ne peut pas réduire la solution que Kirae propose à une définition ou une autre, puisqu’il s’agit en réalité d’une complémentarité.

Image de mariés qui s'embrassent avec le sous-titre "No take back"

Mais quel est l’intérêt de la gamification dans la solution de Kirae ?

Et c’est peut-être là que vous vous dites :

 “Le plus important, c’est de développer ses soft skills, non ? Les badges et les scores, c’est du bonus, mais pas vraiment utile, pas vrai ?” 

Mais la vérité, c’est que c’est loin d’être un bonus, du moins pas avec l’usage de nos badges. La gamification mise en place sur notre plateforme a une vocation plus large qu’une simple fidélisation des joueurs et joueuses. Les notions en jeu sont toutes tournées vers une gamification totale, sans que ne transparaisse le problème du “sérieux.” Notre crédo, c’est d’adopter l’esprit gagnant de la gamification tout en apportant des certifications utiles et sérieuses pour permettre aux un·e·s et aux autres d’évoluer sur leur parcours professionnel. 

Basés sur la technologie Open Badges, nos badges servent d’étendards sur votre CV. Grâce à eux, un employeur ou une employeuse est capable de voir que vous êtes bon en multitasking ou en mémorisation et peut juger de votre niveau dans ces domaines. La gamification que nous avons mise en place fait donc la passerelle entre le serious game qui permet de gagner des compétences et les yeux de l’employeur, qui peut vérifier que vous avez ces compétences (un peu comme le TOEIC pour l’anglais, en fait). 

Il ne sert à rien de le cacher, nous espérons que notre solution permettra de valoriser concrètement les soft skills sans avoir à se justifier en mode : “Je suis une pro du multitasking parce que je suis maman, que je sais allaiter, cuisiner et gérer un appel professionnel en même temps”. Ce que nous voulons, tout simplement, c’est offrir du concret et des outils ludiques pour que chacun et chacune puisse s’affirmer sans risquer de passer pour un vendeur de tapis durant son entretien professionnel. 

Le but, c’est d’aider tous les utilisateurs et utilisatrices pour qu’ils puissent prendre conscience des talents qui se cachent derrière les étiquettes qu’on leur pose parfois. On veut montrer qu’il est possible de réfléchir à son profil professionnel en utilisant une solution fun et innovante (et peut-être redécouvrir le plaisir de faire des CV haha) !

En clair, nos jeux vidéo peuvent aider les personnes, mais sans la gamification, ils ne pourraient jamais avoir un impact sur le monde du travail et du recrutement. Notre solution d’e-learning participe à la fameuse transformation digitale.

Ce qu’il faut comprendre, in fine, c’est que nous ne proposons pas de principe de “simulation professionnelle”. Nous proposons plutôt une manière d’éduquer et d’acquérir des compétences du quotidien par le jeu. Notre game design et notre gameplay sont orientés pour que seules les soft skills soient mises à l’honneur.  Kirae propose un support ludique où il n’est pas question d’apprendre en jouant, mais plutôt de s’enrichir sans avoir l’impression une seule seconde de revêtir le costume de l’apprenant. Offrir du sérieux sans que cela soit directement visible ou palpable, c’est la signature de Kirae.

Que vous soyez manager, dirigeant RH ou non, trois mots suffisent pour tout résumer : let’s play !